La Section Féminine poursuit sa structuration

La semaine dernière, Sébastien HARMAND, nouveau responsable de la Section Féminine a animé deux réunions pour présenter le nouveau projet Féminin du VOC. Arrivé début décembre comme Responsable Administratif et Financier, il a succédé courant mai à Christelle ZIMMER qui a conduit la Section Féminine à l’échelon supérieur.

Sébastien, vous êtes arrivé au mois de décembre au VOC, avant de parler de la Section Féminine, pouvez-vous vous présenter ?

« Effectivement je suis arrivé début décembre au VOC pour réaliser un audit de la structure administrative et financière du Club. Avec le projet que souhaite mettre en place le Président, il devenait impératif de mettre en place un permanent administratif et financier, tant la tâche devient lourde à ce niveau. Le Président m’a ainsi proposé de m’embaucher début mars, à la fin de l’audit. Avant d’arriver au VOC, j’ai été successivement à Moulins, Compiègne, Uzès, Beauvais et Jura Sud, en charge de l’administratif ou du développement commercial. »

Comment s’est déroulé votre prise de fonction au sein de la Section Féminine ?

« Avec la montée des seniors en R1, il fallait faire le bilan de cette saison et préparer la saison prochaine. Le Club m’a confié la tâche de conduire les entretiens avec Mikaël LE CHAUDELLEC l’entraîneur des seniors et Théo PUJOL, l’éducateur des U18 pour dresser le bilan de cette saison. A l’issue de cette période, il m’a été proposé de prendre la responsabilité de la Section Féminine pour mener la prochaine étape du projet. »

Avec la montée des seniors en Régional 1, c’est une première étape atteinte dans le projet du Président Maxime RAY. Quelles orientations va prendre la Section Féminine en 2020-2021 ?

« Oui cette montée est une 1ère étape. L’objectif fixé a été atteint et il faut féliciter les joueuses et tout le staff de cette saison et des saisons précédentes pour le travail réalisé. La Section est jeune, elle n’a que 4 ans d’existence. Tous ceux qui ont œuvré lors de ces 4 saisons ont leur part de responsabilité dans cette réussite. Mais n’oublions pas également la réussite des U15 qui terminent championne de leur division. En 2020/2021, nous n’allons pas tout révolutionner. Nous allons surtout construire un projet à 3 ans pour atteindre un nouvel objectif, la D2 F. Cela va nécessiter beaucoup de travail, notamment au niveau de la structuration, mais il y a des personnes motivées. »

Pouvez-vous nous parler un peu plus de ce projet ?

« Il faut savoir que le Président est attentif à la Section Féminine et met les moyens qu’il faut pour qu’on puisse avancer. Pour réussir cet objectif ambitieux de la D2 F, cela passe tout d’abord par la base, et la base ce sont toutes les jeunes filles de 5 à 12 ans. Aujourd’hui, l’école de foot féminine est labellisée au niveau « Bronze ». Nous allons travailler pour atteindre le niveau or. Pour cela il faudra répondre à plusieurs critères, avec notamment le nombre de licenciées. Actuellement nous comptons une vingtaine de filles sur cette tranche d’âge. Nous souhaitons approcher la trentaine la saison prochaine, puis 50 à l’horizon 2021-2022. Les portes sont grandes ouvertes. Pour encadrer ces jeunes filles, il nous faudra des encadrants dynamiques et formés. Nous avons la chance d’avoir au sein de l’équipe éducative de la Section Féminines des personnes hyper motivées. La saison prochaine, quasiment tous les éducateurs vont aller en formation pour acquérir plus de connaissances, et surtout des connaissances liées aux catégories qu’ils encadrent. Nous pouvons également saluer le fait que des joueuses de l’équipe seniors veuillent s’investir pour encadre les petites.

Ensuite pour les catégories de foot à 8 (U13 et U15), le leitmotiv sera de préparer les joueuses à évoluer au plus haut niveau en foot à 11. Notre objectif ne sera pas de gagner à tout prix ou gagner pour gagner. Ce n’est pas de la formation. Le résultat viendra par la qualité du travail. Cela ne nous intéresse pas d’avoir des U13 ou des U15 qui gagnent tous leurs matches avec 8 tops joueuses et d’avoir 10 joueuses qui font des bouts de match. Par contre, le travail mené dès les U6 doit nous conduire à hisser notre équipe U13 en finale Régionale chaque année et pourquoi pas se qualifier pour une finale Nationale à Capbreton. Mais ça c’est plutôt un objectif à 5-7 ans.

Enfin, la continuité de ce travail nous mènera à jouer les 1ers rôles en U18 R1 afin d’être une des meilleures équipes de Bretagne dans cette catégorie. Cette saison, nous avions le potentiel pour jouer en R1 avec nos U18, mais les meilleures joueuses ont joué directement en seniors. D’un côté cela a été au détriment du résultat puisque nos U18 n’ont pas pu se qualifier pour jouer en R1 à l’issue des barrages, mais d’un autre côté, ses joueuses étaient des titulaires en seniors et ont conquis l’accession en R1. C’est donc un mal pour un bien. »

Vous avez parlé de moyens pour réussir la montée en D2 F. Quels sont-ils ?

« Attention, quand on parle de moyens, il faut rationaliser. Nous ne sommes qu’en R1. Cependant, outre les 2 entraînements hebdomadaires qui étaient déjà existant, nous avons pu, avec le concours de la Ville de Vannes, réorganiser nos jours d’entraînements pour les optimiser. Notamment l’entraînement du début de semaine qui avait lieu la saison dernière le lundi et qui maintenant se déroulera le mardi. C’était un important et une volonté des joueuses. On ne peut pas disputer un match de haut niveau régional le dimanche, et s’entraîner le lendemain, surtout en plus si on s’est déplacé au bout de la Bretagne. Ensuite, les seniors et U18 bénéficieront de l’apport d’un préparateur physique, en la personne d’Hervé BROUARD qui était auparavant le préparateur physique de la N2. Hervé s’occupera de toute la planification athlétique et de son suivi. Il participera à l’entraînement du mardi pour développer cette caractéristique auprès des joueuses. Nouveauté par rapport à la saison dernière, les filles bénéficieront d’une séance de musculation d’1h animée également par Hervé BROUARD. C’était également une demande des joueuses de travailler le renforcement musculaire. Le Président a réalisé un investissement important en début de saison dernière au niveau de la salle de musculation avec le souhait qu’elle ne soit pas uniquement à disposition de l’équipe de National 2. Nous aurons également des entraînements spécifiques pour les gardiennes le lundi soir grâce à l’investissement d’un papa d’une jeune joueuse. Dans les moyens mis à disposition il y a également le budget formation. Tous les éducateurs de la Section Féminines ont émis le souhait de se former, c’est extrêmement important pour mettre en place tout notre projet. Le Club assumera sa part en prenant en charge cette formation. Enfin cerise sur le gâteau, nos joueuses bénéficieront de primes en cas de victoire en R1. C’est le petit plus. »

On sent vraiment à travers vos propos beaucoup d’envie et de passion. Comment peut-on faire pour rejoindre la Section Féminine du VOC ?

« Oui beaucoup de passion tant le projet ambitieux. Il y a encore plein d’autres choses que nous voulons réaliser mais il y a encore aussi beaucoup de travail. Pour nous rejoindre c’est très simple. Nous avons un flyer qui tourne sur les réseaux sociaux, mais on peut m’appeler, en dehors des heures de bureaux car je ne veux pas mélanger mon job au VOC et mon investissement bénévole avec la Section Féminine, au 06-72-99-57-60, ou m’adresser un courriel (feminines@vannesoc.com). Selon la demande, je transmettrai à l’éducateur ou l’éducatrice concernée. Nous sommes également à la recherche d’éducateurs, dirigeants, accompagnateurs et de partenaires pour mener à bien ce projet. Tout le monde est le bienvenu. »

Merci Sébastien.

Auteur de l’article : Orlane Sainty