Maxime RAY (Président du VANNES OC) : « Le but est de viser la montée »…

Président du Vannes Olympique Club depuis 2019, Maxime RAY a répondu à nos questions sur la saison écoulée et les objectifs à atteindre dans le futur. Hier, il annonçait l’officialisation de Pierre-Alexandre LELIEVRE à la tête de l’équipe N2, première échéance quant à la préparation de l’exercice à venir.

La saison 2019 – 2020 a officiellement pris fin la semaine dernière suite au communiqué de la FFF. Vous terminez à la 5ème place de N2 : quel bilan tirer de cette saison ?
C’est une saison particulière car elle est tronquée. On avait un effectif pour jouer le top 4 mais on termine 5ème ce qui est légèrement en dessous de nos objectifs. La satisfaction que je tire, c’est que nous avons pris 10 points sur 15 lors des cinq derniers matchs. Je retiens cette belle dynamique, avec l’objectif que j’avais mis en place en début de saison qui était de prendre deux points par match, ce qui a été respecté sur les cinq dernières journées.
Comment réagissez-vous à cette décision de la Fédération d’arrêter les championnats d’une part et d’homologuer les classements à leur date d’arrêt d’autre part ?
C’était évidemment nécessaire d’un point de vue sanitaire et je salue la décision de la Fédération. Ce qui est critiqué, ce sont les décisions sur les classements mais la FFF est notre organisme de tutelle et on se doit de respecter ses décisions. Quelle que soit la méthode utilisée pour choisir le champion, on aurait eu des critiques. Notre groupe est d’ailleurs assez symptomatique de ce problème-là : Saint-Brieuc est leader au moment T. C’est un fait. L’équipe qui a pour moi été la plus forte et qui aurait dû remporter le championnat c’est Chartres. Si on prend le classement sur la première partie de saison, comme certains avaient demandé, c’est Rouen qui serait en tête. Avec ces trois critères, on arrive à trois résultats différents. Malheureusement, il faut choisir un critère et c’est celui qui est le moins contestable qui a été retenu.
Des clubs se sont réunis pour écrire à la Ministre des Sports sur les décisions de la FFF…Je fais partie d’un collectif qui a réuni 32 clubs de National 2 dans une démarche faite à la base par Saint-Malo, Saint-Brieuc puis Vannes, rejoint par beaucoup d’autres clubs qui s’appelle « Le collectif des clubs de National 2 ». On voulait porter des mesures de soutien à la division N2. Je peux comprendre que certains clubs peuvent se sentir lésés parce qu’ils n’ont pas eu la chance de se défendre sur le terrain, mais la FFF a pris une décision qui doit être respectée.

« UN CHANGEMENT D’ETAT D’ESPRIT »

Pierre-Alexandre LELIEVRE a été officialisé lundi comme coach de l’équipe première. Pourquoi ce choix ?
On a eu différentes réflexions. Tout d’abord, j’avais eu un entretien avec lui au moment de sa prise d’intérim en lui disant que si sa mission se passait bien je mettrais son nom sur la liste des candidats au poste. Les bons résultats ont motivé cette décision. Je le répète : 10 points pris sur 15, c’est un rythme de champion. D’autant plus dans un contexte difficile car il y avait des joueurs blessés ou suspendus et trois déplacements à l’extérieur.
L’autre aspect, c’est un changement d’état d’esprit. Au niveau de la rigueur aux entraînements, on a vu quelque chose de beaucoup plus marqué qui se rapproche plus de ce que je veux : un jeu de transition avec une équipe qui fait bloc. Mais il y a aussi l’aspect continuité, dans une inter-saison qui est particulière, je trouve donc intéressant d’avoir cette continuité.

Franck ROYE sera donc son adjoint…
Il va apporter son expérience. Je crois vraiment en ce duo qui sera complémentaire. Ils auront un effectif compétitif l’année prochaine et le but est clairement de viser la montée.
Il y a aussi un départ dans le groupe, celui de Yann Kermorgant. Quel bilan tires-tu de ses deux années au VOC ?
Yann a fait une carrière immense avec un parcours impressionnant en Angleterre. Il a apporté énormément au Vannes OC, notamment l’année dernière avec quelques buts intéressants. Cette année, ça a été plus compliqué avec des blessures mais je garderai en mémoire des relations d’un très grand professionnalisme que j’ai eu avec lui. Beaucoup de jeunes devraient s’inspirer de cela.
D’autres mouvements sont-ils à signaler au sein du club ?
Des arrivées sont prévues comme dans tout mercato, mais on ne souhaite pas communiquer dessus pour l’instant. On le fera à partir du 11 mai, puisqu’on doit avoir des entretiens individuels avec les joueurs en place, que je ne souhaite pas avoir par téléphone. Des arrivées sont déjà sécurisées. On va renforcer toutes les lignes et on aura une équipe compétitive.
Des joueurs d’expérience ?
On fera un mix. La N2 est un championnat très mixte : c’est à dire qu’on a des joueurs qui sortent de centre de formation, des joueurs de Ligue 2 ou National en fin de carrière ou des joueurs de N3 qui aspirent à jouer plus haut… On croise beaucoup de profils différents et c’est ce qu’on veut faire. Je souhaite intégrer des jeunes qui jouaient en réserve cette année afin d’utiliser la formation qui a toujours été une force au VOC. On veut aussi chercher des joueurs en post-formation qui viennent de l’extérieur et des joueurs confirmés. On aura une équipe forte dans les transitions, avec un bloc défensif solide et capable de se projeter très rapidement.

 » VANNES SERA IMPACTE DE MANIERE RAISONNABLE »

La situation économique semble aujourd’hui inquiéter notamment dans le sport amateur où des partenaires risquent de se désengager : qu’en est-il au Vannes OC ?
A Vannes, on a l’avantage d’avoir des collectivités qui nous soutiennent. Je pense notamment au maire de Vannes David Robo qui a toujours mis le sport au centre de sa politique. Le département et l’agglomération sont aussi très solides donc on les en remercie. Il y a aussi des sponsors historiques qui ont toujours été là, même dans les moments difficiles. Je pense à Stéphane Kerdodé avec Breizh Cola, qui a monté le club de DSE en N2.
On a la chance d’avoir un socle historique et mon apport financier qui n’est pas négligeable. Bien évidemment, l’impact sur la saison prochaine est existant mais c’est à nous en tant que club d’adapter notre train de vie. Le VOC sera impacté de manière raisonnable. La fédération a annoncé des mesures donc on attend de voir ce que ça va donner.
Des « grands travaux » sont-ils à prévoir dans le club cette saison?
Mon but est de structurer le club. Ca a été fait sur la gouvernance avec un nouveau Conseil d’Administration resserré autour de cinq personnes. On va re-dynamiser l’image du VOC et essayer de développer des partenariats avec des clubs de niveau supérieur avec une logique de prêts.

Interview signé Titouan LE BRUN (Stade Vannetais).

 

Auteur de l’article : Michel Quendo