JULIEN BRIEL DIPLÔMÉ !

Samedi dernier, avant la rencontre de N2 entre le Vannes OC et le Paris Saint-Germain B (4-0), Julien Briel, jeune arbitre du club, a été diplômé. Le VOC tient à féliciter Julien pour l’obtention de ce cézame. Entretien avec jeune arbitre vannetais fraîchement diplômé.

 

Tout d’abord Julien, qui es-tu ? 

 Je m’appelle Julien Briel, j’ai 16 ans et je suis scolarisé en première à St Paul. J’ai déjà évolué sous les couleurs du VOC de U6 à U15 mais j’ai décidé de rejoindre le club voisin d’Arradon pour être joueur. J’ai quand même conservé une licence d’arbitre au Vannes OC où je suis stagiaire depuis octobre 2018.

 Quelles ont été les raisons qui t’ont poussées à devenir arbitre ? 

La principale raison c’est parce que mon père est lui-même arbitre. Cela a facilité les choses car j’appréciais aller le voir lorsqu’il arbitrait des matchs. Je trouvais intéressant de l’observer, ça me permettait de sortir et en plus j’assimilais les règles de jeu plus facilement. Je connaissais donc le milieu de l’arbitrage par avance. La seconde raison, c’est que j’aime les valeurs de l’arbitrage. Prendre des décisions importantes et avoir des responsabilités sont des choses qui me plaisent. Je compare un peu le monde de l’arbitrage au monde du karaté (sport qu’il pratiquait auparavant). Ce sont tous les deux des « sports individuels » et dans ces moments-là on ne dépend que de soi-même, ce qui est excitant !

Maintenant tu as plusieurs matchs à ton actif, peux-tu nous dire ce que tu aimes dans l’arbitrage d’un match ? 

Ce qui me plaît le plus c’est le fait d’être le seul décisionnaire, c’est à moi de gérer le bon déroulement du match. Je trouve ça enrichissant aussi de connaître toutes les règles qui régissent le football. Mais attention, beaucoup de personnes pensent qu’arbitrer est facile, pourtant ils oublient le côté physique du métier.  Être arbitre c’est savoir diriger son match tout en gérant l’aspect athlétique de la fonction. C’est un « sport dans le sport ». Dans ce cas, il faut être doublement concentré et c’est jouissif de relever ce challenge à chaque rencontre.

Que représente pour toi le diplôme que tu as reçu lors du stage du pôle espoir 56 à Moréac ?

Je suis fier de l’avoir obtenu. Ce concours se décomposait en deux parties, une partie physique et une partie théorique. J’ai été reçu deuxième pour le concours théorique sur un groupe de 25 personnes.  Maintenant ce diplôme est une porte d’entrée à d’autres concours. C’était une étape importante dans la progression de ma fonction d’arbitre. Grâce à lui, je fais partie des listes pour être arbitre en Régionale 3 en U15. Il va falloir dorénavant acquérir des automatismes dans ma division d’arbitrage (U15 D1) pour préparer au mieux les tests du 31 mars 2019 pour devenir arbitre officiel. Mon objectif sur le long terme est de grimper les échelons de l’arbitrage au fur et à mesure de ma progression.

Pour finir, as-tu un message à faire passer aux personnes qui hésitent à devenir arbitre ? 

Tout d’abord, il ne faut pas avoir peur de se lancer dans l’arbitrage ! Comme je l’ai dit précédemment, ce rôle est très enrichissant notamment grâce aux valeurs qu’il inculque. Être arbitre aide à prendre confiance en soi. Et puis quand on est sur le terrain, on apprécie vraiment ce que l’on fait.

 

Propos recueillis par Manuel Berthy

Auteur de l’article : Antonin Delmas