Samuel Loric : « On ne va rien lâcher ! »

par
Photo : Benjamin Bénéat.

A seulement 17 ans, Samuel Loric est l’une des révélations de ce début de saison en National 3. Pur produit de la formation Vannetaise, ce lycéen en terminale S enchaîne les apparitions dans le groupe N3. Malgré son jeune âge, il a déjà disputé sept matchs de championnat cette saison dont deux en tant que titulaire. Il nous a raconté son intégration au groupe senior et ses premiers matchs de National 3.

Samuel, tu es tout jeune et pourtant tu fais partie du groupe N3 depuis cet été. Comment s’est passée ton intégration ?

« Je me suis très bien intégré grâce à tous mes coéquipiers et il y a une bonne ambiance dans le groupe. J’ai acquis de la confiance pendant la préparation et je me suis amélioré au fil du temps. J’avais déjà fait 4 – 5 entraînements avec la CFA 2 l’année dernière et ça m’avait permis de voir le niveau qu’il fallait avoir, c’était compliqué physiquement. »

Vous êtes quatre à avoir rejoint le groupe senior A avec Vincent Morhan, Axel Condé et Hugo Ntambwe…

« Ça s’est bien passé pour nous quatre. On est dans le même vestiaire que l’équipe et ça nous permet d’échanger avec les autres. On rigole beaucoup mais on sait travailler sérieusement. Tous les autres nous poussent à avancer et à mûrir. »

Tu pensais, en fin de saison dernière, qu’on allait faire appel à toi pour la préparation en National 3 ?

« Avec les autres, on a appris ça entre mai et juin. Le coach nous a appelé pour nous dire qu’il comptait sur nous pour la préparation. Il nous a aussi dit qu’il ne nous faisait pas un cadeau, mais que si on était appelé c’était le fruit de notre travail. Je ne pensais pas qu’il allait faire appel à moi, ça m’a fait plaisir et ça m’a remotivé! »

Pur produit de la formation, Samuel Loric a évolué pendant 2 saisons en tant que titulaire en U17 Nationaux.

Tu jouais en U17 Nationaux l’année dernière, aujourd’hui tu es en National 3. Ça n’a pas été trop difficile de t’adapter au jeu ?

« C’est physique! Je joue contre des adultes qui mettent plus d’engagement qu’en U17 ou en U19. Ça m’a endurci et je pense que je progresse bien plus vite que si je jouais en U19. Après, le rôle des collègues est important parce qu’ils m’aident et me mettent en confiance. Thibault (Bouédec) est latéral gauche comme moi et il avait dit en interview qu’il y avait une concurrence saine dans l’équipe et entre nous deux, et c’est vrai. On retrouve pas de concurrence saine dans toutes les équipes, mais lui il m’encourage, il me donne des conseils pour que je progresse, il ne cherche pas à me descendre. »

Tu es devenu un « exemple » quand il s’agit de parler de la formation du Vannes OC. Tu en penses quoi?

« Ça fait plaisir de voir son nom dans les articles, quand Thibault Bouédec, Erwan Quintin et les autres parlent de moi. Je les remercie. La formation est mise à l’honneur cette année et le coach me fait confiance, à moi de ne pas le décevoir. J’avais un peu de pression au début, mais aujourd’hui ça va. »

Tu es latéral gauche, mais tu n’as pas joué tous tes matchs à ce poste cette saison…

« Avant je jouais en ailier gauche, même en U17 Nationaux. J’avais des automatismes d’attaquants mais j’ai parlé au coach David Gouzerch l’année dernière car je souhaitais jouer latéral gauche, notamment pour apporter ma vitesse. Je suis toujours en train d’apprendre à ce poste mais j’aime beaucoup. Samedi à Concarneau, le coach m’a fait entrer en attaque, mais je devais quand même défendre pour conserver l’avantage. »

« [En R1] on a une équipe très jeune mais on peut se maintenir »

En R1 tu as un rôle encore plus complet dans le nouveau système mis en place ; ça te plaît ?

« On joue en 3-5-2 donc je dois faire l’ailier et le défenseur. Ça me plaît mais je n’ai pas joué dans ce genre de système depuis longtemps. J’essaie d’apporter mes qualités en défense et en attaque. En R1, les résultats ne sont pas là mais il nous faut une petite victoire pour pouvoir se lancer. On a une équipe très jeune mais je sais qu’on peut se maintenir. Le VOC fait confiance aux jeunes en R1 et même en N3. Chez nos adversaires en R1, j’ai jamais vu plus de deux jeunes par équipe. »

Comment as-tu vécu ton premier match avec l’équipe A cette saison ? (C’était contre Pontivy en Coupe de France (victoire 2 – 0).

« Je suis rentré 20 minutes. Je ne savais pas que j’allais rentrer mais je m’y attendais quand même. J’avais un peu de pression mais j’ai essayé de me lâcher sur le terrain pour sortir cette pression. Mes partenaires m’ont encouragé, ça s’est très bien passé. »

Ce samedi, l’équipe reçoit Guichen pour la dixième journée de N3. Comment abordes-tu cette rencontre ?

« Je connais un peu l’équipe : ils défendent très bien et prennent peu de buts, mais il ne marquent aussi que peu de buts. Ils sont compactes et solides mais on a les qualités pour les battre. On est sur un bonne dynamique et il faut continuer. »

Une bonne dynamique marquée par un nouveau succès samedi à Concarneau (0 – 1). Comment analyses-tu ce match ?

« Il y avait des joueurs de N1 en face, c’était une très belle équipe mais on était bien en place et on a réussi à monter le bloc et garder la possession du ballon. Il y a eu des individualités qui ont fait que ça a bien marché et la défense a été solide. »

Et la Coupe de France ?

« On va jouer Saumur au huitième tour, c’est une belle équipe qui joue apparemment sur un beau terrain. A nous de mettre tous les ingrédients pour s’imposer et pourquoi pas recevoir une Ligue 1 après… Une Ligue 1 à la Rabine ça médiatiserait le club! Mais l’objectif c’est avant tout le championnat. »

Justement, en championnat, tu penses que la montée est possible ?

« Je suis optimiste pour la montée mais on n’est pas à l’abri de malheurs. Là, on est toujours invaincus et le groupe est très solide. On ne va rien lâcher, on a pris un maximum de points, mais on ne va pas s’enflammer non-plus. On espère que tout ça va nous permettre de monter, en tout cas on va tout faire pour. »

Quels sont tes objectifs pour l’avenir ?

« Comme pour tous les joueurs, c’est d’aller le plus loin possible! Actuellement je suis dans un club ambitieux qui a la possibilité de monter en N2 et je me concentre là-dessus. Ici il y a beaucoup d’anciens pros comme Flo (Besnard), Erwan (Quintin) ou Chris (Coué), je peux apprendre d’eux et leur demander comment ça se passe au haut niveau. Ils savent que j’ai des ambitions. »

Auteur de l’article : Titouan LE BRUN